Photographie, vers une simplification du sujet.

Canet-servolant

«We have to simplify our perception, and the simplification is something which is very important for the model, if you have too many kind of things in the model, the model doesn’t say anything. That’s something we do in every day basis, if you would see everything at the same time, and have it apparent, we would go mad within five minutes.»

Tirée d’une interview de l’artiste Allemand Thomas Demand, pour le Louisiana Museum, cette citation exprime très bien la nécessité pour nous, de canaliser les informations que nous recevons. En réalité, même l’œil humain, qui est capable de voir une multitude de choses à la fois, hiérarchise automatiquement les informations qu’il reçoit. Autrement dit, lorsque l’on observe un objet dans sa totalité, l’œil n’est pas capable de se concentrer sur une zone plus large qu’une pièce de cinq centime tenue à bout de bras. Par exemple, si l’on regarde le paragraphe entier qui constitue ce texte, il est possible d’appréhender sa taille, mais il est impossible de se concentrer sur plus de quelques mots à la fois. Le cerveau ne le permet pas. L’œil voit le paragraphe en entier, en appréhende sa totalité mais le cerveau «bloque» un certain nombre de mots, pour ne pas nous ensevelir d’une quantité trop conséquente d’informations simultanées. Si nous étions capables de lire un texte en une seule seconde, cela voudrait dire que nous pourrions simultanément regarder la pièce dans laquelle on se trouve et voir la totalité des objets qui y sont disposés, tout en lisant ce texte. Assimiler autant d’informations à la fois nous rendrait fou, comme Thomas Demand l’explique.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *